Site du KCF     Forum du KCF  
Aphyosemion batesi Ekombitie.jpg
Diapteron georgiae AB.jpg
Adinia xenica.jpg
Simpsonichthys picturatus (2).jpg
Visiter la galerie


mot de passe oublié ?

  Accueil Liens Plan Contact  
  FAQ : Quelles plantes ?  
 
 

Rubriques

Les publications du KCF


[ Toutes les publications ]

Brèves
  • Spectrolebias brousseaui nov. sp.
  • Aphyosemion musafirii nov. sp.
  • Nothobranchius oestegaardi nov. sp.
  • Nothobranchius seegersi nov. sp.
  • DKG 2010 - Résultats du concours
  • A. campomaanense, un killi chez l’Ambassadeur
  • 2008 Un nouveau Notho
  • Deux nouvelles espčces Sud-américaines (encore)
  • Cynolebias paraguassuensis Costa, Suzart & Nielsen, 2007
  • Rivulus lazzarotoi Costa, 2007

    [ Toutes les brèves ]

  • Fiches techniques

    Origine : Hamilton-Buchanan (1822 : 215,380) a dĂ©crit Aplocheilus panchax sur des spĂ©cimens pĂŞchĂ©s dans le bassin du (...)


    Origine : Trois populations connues : Conakry (Basse GuinĂ©e ou souche de BENL) Kasewe (Sierra Leone ou souche de (...)


    [ Toutes les fiches techniques ]

    Petit lexique ICHTHYOLOGIQUE

    Article mis en ligne le 6 décembre 2004, rĂ©digĂ© par

    KILLI REVUE NÂş 4 ANNEE 1977

    J.H. HUBER



    A la demande des killiphiles, un petit lexique est publiĂ© aujourd’hui pour expliquer et clarifier les termes scientifiques utilisĂ©s dans les articles ichtyologiques. Si ces mots sont couramment utilisĂ©s avec une orthographe voisine en français, anglais et allemand, ce n’est pas par pĂ©dantisme mais pour leur prĂ©ciser leur exactitude. Les expliquer avec des notions simples est difficile : j’ai essayĂ© d’y parvenir avec ce petit lexique. Les critiques seront les bienvenues, car un ouvrage gĂ©nĂ©ral destinĂ© aux aquariophiles est en cours d’Ă©tude.

    NOTE : le signe (&) indique une dĂ©finition complète dans le lexique.

    LA NOMENCLATURE

    Un nom de poisson (ichthys en grec) appelĂ© alors un taxon (&) (pluriel : taxa (&)) est toujours dĂ» Ă  un ichtyologiste professionnel ou amateur. La nomenclature est rĂ©gie par les lois de la "Commission Internationale de Nomenclature Zoologique" laquelle est Ă©galement une cour suprĂŞme. Lorsqu’un taxon est dĂ©crit au niveau spĂ©cifique, l’espèce nouvelle (novum spĂ©cies = nov. sp.) reçoit un nom latinisĂ© d’origine grecque ou vernaculaire (qui est propre au pays). Un certain nombre de spĂ©cimen est fixĂ© et dĂ©posĂ© dans un musĂ©e : le premier est l’holotype, considĂ©rĂ© comme copie conforme de tous les reprĂ©sentants, les autres sont des para types. Voici quelques exemples :
    - adjectif qualifiant le poisson, ils s’accordent avec le genre latin : marmoratum (marbrĂ©) parce que AphyosĂ©mion est neutre marmoratus parce que Rivulus est masculin hispanica (dĂ©signe le pays d’origine : Espagne) parce que valencia est fĂ©minin

    - nom qualifiant le poisson : mĂ©lanoptĂ©ron (nageoire noire) nom dĂ©diĂ© Ă  des personnes (le rĂ©colteur le plus souvent) : ils se terminent par le "i" du gĂ©nitif latin : herzogi, puerzli, alexandri.......... Attention aux difficultĂ©s : noms anciens se terminant par "ii" batesii (de batesius) rachovii (de rachovius) ou noms se terminant normalement en "i" : bellottii

    LA SYSTEMATIQUE

    La systĂ©matique est avant tout un essai de classification commode. Elle construit une pyramide en ordre... famille, sous-famille, genre, espèce. Jadis la construction Ă©tait artificielle, basĂ©e sur la morphologie (&) (caractères extĂ©rieurs mesurables). Aujourd’hui elle se veut phylĂ©tique, c’est Ă  dire rassemblant des formes parentes. La règle veut que tout nom latin soit Ă©crit en italique ou, en cas d’impossibilitĂ©, soulignĂ©. Le nom du descripteur et la date de description suivent sĂ©parĂ©s par une virgule et placĂ©s entre parenthèse si le nom de genre a Ă©tĂ© modifiĂ©.

    Note importante : la règle veut que le nom de genre commence par une majuscule, le nom d’espèce pare une minuscule. D’autres locutions latines sont frĂ©quemment employĂ©es : in situ sensu lato : s.i. : au sens large sensu sticto : s.s. au sens stricte nomen vanem : nom vain, mal dĂ©fini nomen oblitum : nom oubliĂ©

    ESPECE BIOLOGIQUE

    L’espèce biologique (&) est la seule unitĂ© taxinomique (&) indiscutable. DĂ©finition (MAYR, 1963) : une espèce est un groupe de populations naturelles capables d’inter croisement et qui est reproductivement isolĂ© d’un autre groupe semblable. Cette dĂ©finition pose un problème pour les killies oĂą beaucoup de poissons ont une morphologie quasiment identique mais sont inter stĂ©riles (&). Ces formes sont appelĂ©es jumelles (&) si elles sont sympatriques (&) (vivent au mĂŞme endroit) espèces cryptiques (&) si elles sont allopatriques (&) le contraire. Mais le terme de jumelle peut recouvrir le sens gĂ©nĂ©ral ("sibling spĂ©cies de MAYR). On voit donc l’importance de la niche Ă©cologique (&) du biotope (habitat (&)), de l’environnement, de l’espèce, de la compĂ©tition (&), et du comportement (Ă©thologie (&)).

    LE PHENOTYPE

    Le phĂ©notype (&) recouvre l’ensemble des caractères extĂ©rieurs, autres que cellulaires : les organes, la morphologie externe et le patron de coloration. La morphologie externe Ă©tait l’objet unique de l’ancienne systĂ©matique : par exemple les proportions du corps : longueur totale (L.T.), longueur standard, c’est Ă  dire sans la caudale (L.S.). Diverses mesures sont calculĂ©es en fonction de la longueur standard : prĂ© dorsale (P.D.) de l’extrĂ©mitĂ© de la tĂŞte Ă  la dorsale ; prĂ© anale (P.A.) Ă  l’anale ; diamètre de l’Ĺ“il (Ĺ“il) ; hauteur du corps (Ht) ; distance inter orbitaire (I.O.) ; longueur de la tĂŞte (T.). D’autres combinaisons sont Ă©galement possibles. Les donnĂ©es mĂ©ristiques (&) englobent tout ce qui peut-ĂŞtre comptĂ©s : les Ă©cailles en sĂ©rie longitudinale, le long de ce qui pourrait ĂŞtre la ligne latĂ©rale (L.L.), en sĂ©rie verticale (L.V.) plus rarement, les rayons des nageoires Ă  la dorsale (D) Ă  l’anale (A) aux pectorales (P), plus rarement aux autres, la position rĂ©ciproque de la dorsale et l’anale (D.A.).

    Le patron de coloration est le dessin observĂ© sur le corps et les nageoires : en lyre, marbrĂ©, flammĂ©, en fasciatures verticales. La coloration intervient moins car elle est sujette aux variations du milieu environnant (Ă©cophĂ©notype &)

    LE GENOTYPE

    Le gĂ©notype (&) recouvre le patrimoine hĂ©rĂ©ditaire. Le phĂ©notype en est son reflet. Les gènes (&) font partie du noyau cellulaire, sont des Ă©lĂ©ments des chromosomes (&) et sont responsable de l’hĂ©rĂ©ditĂ©. L’ichtyologie (science des poissons) ne connaĂ®t actuellement en dĂ©tail que les chromosomes, petits bâtonnets (mitoses (&)) prĂ©sents en nombre diploĂŻde (2n) : leur structure est dĂ©terminĂ©e par le nombre de bras (A.) et la position du centromère (&).

    PNG - 367 octets
    Acrocentrique & : A= n
    PNG - 379 octets
    métacentrique & : 2A = n

    Au moment de la reproduction, les gĂ©niteurs Ă©mettent des gamètes (&) : spermatozoĂŻdes pour le mâle, ovules pour la femelle. Chacun possède un nombre haploĂŻde (&) de chromosomes (n) : les chromosomes correspondants s’apparieront pour former le nombre diploĂŻde (2n). On voit donc que dans une espèce biologique le caryotype (&) (structure et nombre chromosomiques) est stable. Si les gĂ©niteurs ont un nombre de chromosomes diffĂ©rent ou mĂŞme des structures diffĂ©rentes, ils auront peu de chance de se croiser (et une chance probablement nulle Ă  la deuxième gĂ©nĂ©ration F2 (&)). Les caryotypes ont fait apparaĂ®tre chez les killies les limites de nos connaissances : quasiment toutes les populations du groupe de AphyosĂ©mion bivittatum sont inter stĂ©riles mais nous ne savons pas mĂŞme les sĂ©parer par leur patron de coloration. Pour pallier notre impuissance, six taxa ont Ă©tĂ© proposĂ©s pour stabiliser le nomenclature. Lorsqu’il sera mieux connu, le gĂ©notype permettra de connaĂ®tre la phylogĂ©nie des groupes, c’est Ă  dire leur arbre d’Ă©volution.









    - Get Firefox! -
    Derniers articles
  • Plaquette d’inscription au congrčs


  • Premier Classement CEK 2017


  • tourisme en Dordogne

    Tourisme : Bergerac et ses environs


  • Réglement du concours

    Vous souhaitez prĂ©senter des poissons au concours du congrès ? Vous avez besoin d’explications sur les critères de (...)


  • Animateur Pyrénées

    animateur (Proche Toulouse) : BAZIN Julien tél : 06 17 32 31 70 email : bazinjulien31@gmail.com



    [ Tous les articles ]