Site du KCF     Forum du KCF  
Scriptaphyosemion cauveti GRCH 93-239 (1).jpg
Fundulosoma thierryi (5).jpg
Chromaphyosemion loennbergii Bipindi.jpg
Aphyosemion wildekampi.jpg
Visiter la galerie


mot de passe oublié ?

  Accueil Liens Plan Contact  
  FAQ : Comment se passe l’incubation des oeufs ?  
 
 

Rubriques

Les publications du KCF


[ Toutes les publications ]

Brèves
  • Spectrolebias brousseaui nov. sp.
  • Aphyosemion musafirii nov. sp.
  • Nothobranchius oestegaardi nov. sp.
  • Nothobranchius seegersi nov. sp.
  • DKG 2010 - Résultats du concours
  • A. campomaanense, un killi chez l’Ambassadeur
  • 2008 Un nouveau Notho
  • Deux nouvelles espèces Sud-américaines (encore)
  • Cynolebias paraguassuensis Costa, Suzart & Nielsen, 2007
  • Rivulus lazzarotoi Costa, 2007

    [ Toutes les brèves ]

  • Fiches techniques

    Origine : dédié à G. Eggers qui, en compagnie de L. Seegers et de C. Kasselman, trouva ce poisson,en 1980.. Biotope : (...)


    Fiche n°12 parue le 01/12/77 Cameroun Origine : Kumba, Cameroun occidental. Habite le Haut Mungo. Une forme (...)


    [ Toutes les fiches techniques ]

    Petit lexique ICHTHYOLOGIQUE

    Article mis en ligne le 6 décembre 2004, rédigé par

    KILLI REVUE Nº 4 ANNEE 1977

    J.H. HUBER



    A la demande des killiphiles, un petit lexique est publié aujourd’hui pour expliquer et clarifier les termes scientifiques utilisés dans les articles ichtyologiques. Si ces mots sont couramment utilisés avec une orthographe voisine en français, anglais et allemand, ce n’est pas par pédantisme mais pour leur préciser leur exactitude. Les expliquer avec des notions simples est difficile : j’ai essayé d’y parvenir avec ce petit lexique. Les critiques seront les bienvenues, car un ouvrage général destiné aux aquariophiles est en cours d’étude.

    NOTE : le signe (&) indique une définition complète dans le lexique.

    LA NOMENCLATURE

    Un nom de poisson (ichthys en grec) appelé alors un taxon (&) (pluriel : taxa (&)) est toujours dû à un ichtyologiste professionnel ou amateur. La nomenclature est régie par les lois de la "Commission Internationale de Nomenclature Zoologique" laquelle est également une cour suprême. Lorsqu’un taxon est décrit au niveau spécifique, l’espèce nouvelle (novum spécies = nov. sp.) reçoit un nom latinisé d’origine grecque ou vernaculaire (qui est propre au pays). Un certain nombre de spécimen est fixé et déposé dans un musée : le premier est l’holotype, considéré comme copie conforme de tous les représentants, les autres sont des para types. Voici quelques exemples :
    - adjectif qualifiant le poisson, ils s’accordent avec le genre latin : marmoratum (marbré) parce que Aphyosémion est neutre marmoratus parce que Rivulus est masculin hispanica (désigne le pays d’origine : Espagne) parce que valencia est féminin

    - nom qualifiant le poisson : mélanoptéron (nageoire noire) nom dédié à des personnes (le récolteur le plus souvent) : ils se terminent par le "i" du génitif latin : herzogi, puerzli, alexandri.......... Attention aux difficultés : noms anciens se terminant par "ii" batesii (de batesius) rachovii (de rachovius) ou noms se terminant normalement en "i" : bellottii

    LA SYSTEMATIQUE

    La systématique est avant tout un essai de classification commode. Elle construit une pyramide en ordre... famille, sous-famille, genre, espèce. Jadis la construction était artificielle, basée sur la morphologie (&) (caractères extérieurs mesurables). Aujourd’hui elle se veut phylétique, c’est à dire rassemblant des formes parentes. La règle veut que tout nom latin soit écrit en italique ou, en cas d’impossibilité, souligné. Le nom du descripteur et la date de description suivent séparés par une virgule et placés entre parenthèse si le nom de genre a été modifié.

    Note importante : la règle veut que le nom de genre commence par une majuscule, le nom d’espèce pare une minuscule. D’autres locutions latines sont fréquemment employées : in situ sensu lato : s.i. : au sens large sensu sticto : s.s. au sens stricte nomen vanem : nom vain, mal défini nomen oblitum : nom oublié

    ESPECE BIOLOGIQUE

    L’espèce biologique (&) est la seule unité taxinomique (&) indiscutable. Définition (MAYR, 1963) : une espèce est un groupe de populations naturelles capables d’inter croisement et qui est reproductivement isolé d’un autre groupe semblable. Cette définition pose un problème pour les killies où beaucoup de poissons ont une morphologie quasiment identique mais sont inter stériles (&). Ces formes sont appelées jumelles (&) si elles sont sympatriques (&) (vivent au même endroit) espèces cryptiques (&) si elles sont allopatriques (&) le contraire. Mais le terme de jumelle peut recouvrir le sens général ("sibling spécies de MAYR). On voit donc l’importance de la niche écologique (&) du biotope (habitat (&)), de l’environnement, de l’espèce, de la compétition (&), et du comportement (éthologie (&)).

    LE PHENOTYPE

    Le phénotype (&) recouvre l’ensemble des caractères extérieurs, autres que cellulaires : les organes, la morphologie externe et le patron de coloration. La morphologie externe était l’objet unique de l’ancienne systématique : par exemple les proportions du corps : longueur totale (L.T.), longueur standard, c’est à dire sans la caudale (L.S.). Diverses mesures sont calculées en fonction de la longueur standard : pré dorsale (P.D.) de l’extrémité de la tête à la dorsale ; pré anale (P.A.) à l’anale ; diamètre de l’Å“il (Å“il) ; hauteur du corps (Ht) ; distance inter orbitaire (I.O.) ; longueur de la tête (T.). D’autres combinaisons sont également possibles. Les données méristiques (&) englobent tout ce qui peut-être comptés : les écailles en série longitudinale, le long de ce qui pourrait être la ligne latérale (L.L.), en série verticale (L.V.) plus rarement, les rayons des nageoires à la dorsale (D) à l’anale (A) aux pectorales (P), plus rarement aux autres, la position réciproque de la dorsale et l’anale (D.A.).

    Le patron de coloration est le dessin observé sur le corps et les nageoires : en lyre, marbré, flammé, en fasciatures verticales. La coloration intervient moins car elle est sujette aux variations du milieu environnant (écophénotype &)

    LE GENOTYPE

    Le génotype (&) recouvre le patrimoine héréditaire. Le phénotype en est son reflet. Les gènes (&) font partie du noyau cellulaire, sont des éléments des chromosomes (&) et sont responsable de l’hérédité. L’ichtyologie (science des poissons) ne connaît actuellement en détail que les chromosomes, petits bâtonnets (mitoses (&)) présents en nombre diploïde (2n) : leur structure est déterminée par le nombre de bras (A.) et la position du centromère (&).

    PNG - 367 octets
    Acrocentrique & : A= n
    PNG - 379 octets
    métacentrique & : 2A = n

    Au moment de la reproduction, les géniteurs émettent des gamètes (&) : spermatozoïdes pour le mâle, ovules pour la femelle. Chacun possède un nombre haploïde (&) de chromosomes (n) : les chromosomes correspondants s’apparieront pour former le nombre diploïde (2n). On voit donc que dans une espèce biologique le caryotype (&) (structure et nombre chromosomiques) est stable. Si les géniteurs ont un nombre de chromosomes différent ou même des structures différentes, ils auront peu de chance de se croiser (et une chance probablement nulle à la deuxième génération F2 (&)). Les caryotypes ont fait apparaître chez les killies les limites de nos connaissances : quasiment toutes les populations du groupe de Aphyosémion bivittatum sont inter stériles mais nous ne savons pas même les séparer par leur patron de coloration. Pour pallier notre impuissance, six taxa ont été proposés pour stabiliser le nomenclature. Lorsqu’il sera mieux connu, le génotype permettra de connaître la phylogénie des groupes, c’est à dire leur arbre d’évolution.









    - Get Firefox! -
    Derniers articles
  • Un Killi Revue (KR) en démonstration

    Voici un Killi Revue (KR) en démonstration afin que vous puissiez juger du contenu des bimestriels de l’association ! (...)


  • Résultats du concours 2017

    Les résultats du concours peuvent être consultés dans le fichier suivant.


  • Premier Classement CEK 2017


  • Animateur Pyrénées

    animateur (Proche Toulouse) : BAZIN Julien tél : 06 17 32 31 70 email : bazinjulien31@gmail.com


  • Animateur Pays de la Loire

    Jean-Marie GABILLARD Tél : 02 41 94 25 88 Email : gabguind-luc@wanadoo.fr



    [ Tous les articles ]