Site du KCF     Forum du KCF  
Fundulopanchax filamentosus.jpg
Plesiolebias lacerdai Altamira Xingu (2).jpg
Simpsonichthys picturatus (2).jpg
Visiter la galerie


mot de passe oublié ?

  Accueil Liens Plan Contact  
  FAQ : Quel type de filtre ?  
 
 

Rubriques

Brèves
  • Spectrolebias brousseaui nov. sp.
  • Aphyosemion musafirii nov. sp.
  • Nothobranchius oestegaardi nov. sp.
  • Nothobranchius seegersi nov. sp.
  • DKG 2010 - Résultats du concours
  • 2008 Un nouveau Notho
  • Deux nouvelles espèces Sud-américaines (encore)
  • Cynolebias paraguassuensis Costa, Suzart & Nielsen, 2007
  • Rivulus lazzarotoi Costa, 2007
  • Simpsonichthys punctulatus Costa & Brasil, 2007

    [ Toutes les brèves ]

  • Fiches techniques

    Origine : dédié à G. Eggers qui, en compagnie de L. Seegers et de C. Kasselman, trouva ce poisson,en 1980.. Biotope : (...)


    Origine : Région de Beira sur la côte du Mozambique (localité typique) ; Parc national Kruger, (...)


    [ Toutes les fiches techniques ]

    Nourriture

    Article mis en ligne le 29 juillet 2005



    Télécharger l’article complet

    Les killies acceptent toutes les nourritures vivantes et de nombreuses nourritures congelées. Les nourritures sèches sont moins bien accueillies et pratiquement refusées par certains genres, comme les Nothobranchius et Cynolebias. La nourriture est probablement l’un des points les plus importants pour élever les killies et conserver des lignées sur de nombreuses générations. Leur nutrition naturelle est encore imparfaitement connue, cependant il n’est pas faux de supposer que les petits insectes terrestres (Fourmis, Arthropodes) et aquatiques constituent la première source de nourriture. Certains genres comme les Aphanius, Jordanella... ne sont pas carnivores strictes et se nourrissent aussi d’algues. Il est difficile de reconstituer les différentes nourritures naturelles (d’autant plus que certaines espèces sont très spécialisées du point de vue de leur nutrition) aussi, on s’efforcera de varier les plus possible les nourritures. Une nourriture unique, aussi excellente soit-elle, peut conduire à long terme à des carences, car elle ne peut contenir à elle seule tous les éléments nécessaires à la vie. Pour illustrer les différences relatives à la nutrition dans la nature et en captivité, il suffit d’observer les Poissons "sauvages" récemment capturés : ils sont généralement très maigres selon les critères, moins trapus, et semblent affamés, se montrant peu difficiles pour tout ce qui tombe dans leur bac.

    Le dosage de la quantité de nourriture n’est pas une question simple. Nombreux sont les aquariophiles qui nourrissent trop leurs poissons, ou avec des nourritures trop riches ; cependant les killies annuels requièrent des repas fréquents et copieux, et résistent mal au jeûne prolongé. De même, les alevins doivent être nourris régulièrement et copieusement dans le très jeune âge. La période des premiers jours est importante ; sous peine de les voir par la suite végéter. Les killies adultes de nombreuses espèces peuvent supporter un jeûne de plusieurs semaines sans en pâtir. En général, nous dirons que la qualité et la variété importent plus que la quantité et de ce point de vue, les aquariophiles vivant en dehors des grandes villes ont l’avantage de pouvoir se procurer des proies naturelles variées et ils devront en tirer partie (même les mouches battent en retraite de l’agglomération parisienne !) .









    - Get Firefox! -
    Derniers articles
  • 2018-Résultats du concours

    Les résultats du concours peuvent être consultés dans le fichier suivant.


  • Feuille de commande congrès de Creysse


  • Bulletin de juin 2018


  • 4 ème Classement 2018

    CEK- version -4


  • Animateur

    Philippe KURATKO Mail :philippe.kuratko@free.fr



    [ Tous les articles ]